Bulletin de Rebel de la première soirée du Festival de Sanremo 2024

Bulletin de Rebel de la première soirée du Festival de Sanremo 2024

Je ne sais pas comment, mais j’ai réussi à survivre à la première soirée, où trente et moi, soulignons, TRENTE chanteurs en compétition se sont produits. L’habituel tour de force, qui ressemble finalement à un jeu d’endurance qui nous met chaque année à l’épreuve. Cette année je dois dire que les chansons étaient pour la plupart ennuyeuses, il n’y en a pas une qui m’a fait sauter sur le canapé, comme les différents slogans de Chemistry, Dove si balla, Ciao Ciao, ou Furore, bref cette petite chanson un peu idiote mais ça vous remonte le moral quand vous devenez accro.

Nous n’avons même pas un grand représentant du monde du rap. Il y a Geolier, qui n’était cependant pas la meilleure version de Geolier.

Note 10 pour Amadeus. Pour être arrivé au cinquième festival consécutif, il est soit fou, soit masochiste, soit très bien payé. Amadeus est toujours Amadeus et ces dernières années, il est devenu l’un des locaux, vous savez déjà à quoi cela ressemblera et à quoi s’attendre.

Note 10 pour Lazza.

Super invité de la Piazza Colombo, Lazza arrive en survêtement avec d’énormes lunettes noires, un peu comme quand je descends amener le chien, sauf que son survêtement coûtera 10k, mais détails. Il arrive et bascule, car, dites-le comme vous voulez, mais Lazza est toujours une garantie.

Score 7 pour Marco Mengoni. Le gagnant de la dernière édition arrive en tant que co-animateur. Il fait son truc quand il chante, mais quand il commence à faire des gags, on voit très bien qu’il a essayé, mais peut-être que ça aurait été mieux s’il n’avait pas essayé.

Cependant, il a fait une chose : c’est le premier mème du Festival.

Votez 10 pour Jannik Sinner.

Mais Jannik Sinner n’était pas là et effectivement, je vote 10 car il a refusé avec un noble « non merci, ce n’est pas le mien et je dois m’entraîner ». Et il a bien fait, car malgré le grand retour d’Ibrahimovic, les athlètes n’y sont absolument pour rien. Tout comme Federica Brignone, qui était mignonne, bon sang, mais forcément déplacée, le classique poisson hors de l’eau.

Score 10 pour Loredana Bertè.

Il a rocké toute sa vie, et il rocke toujours. Avec sa voix, avec son regard, avec sa présence.

Note 7 pour La Sad.

Déjà critiqués parce qu’ils ne sont pas de vrais punks, parce qu’ils ne savent pas chanter, alors que Sid Vicious se retourne dans sa tombe. Oui j’ai aussi lu ça sur Instagram, dommage que les Sex Pistols ne puissent ni chanter ni jouer. La Sad arrive avec un look méga irrévérencieux et nous apporte une chanson pop punk bien réalisée avec un message super positif visant à arrêter les suicides. Bons gars.

Note 5 pour Dargen D’Amico.

Note 10 pour le courage de se promener avec les ours en peluche, 10 et éloge pour le discours sur Gaza, même s’il est un peu déplacé, mais la chanson ne tient pas la route.

Note 7 pour Géolier.

Extrêmement critiqué dans les commentaires sur la page Instagram officielle du Festival par des personnes qui ne comprennent pas le napolitain et pourquoi au festival de la chanson italienne il chante en napolitain, comme si Naples était au Brésil. Eh bien, on s’attendait à ce que Geolier soit le Lazza de cette édition, mais ce n’est pas le cas. La chanson est plus faible, mélodique, sans impact. C’est une bonne chanson, mais Geolier a fait et peut faire bien mieux.

Note 9 pour les riches et les pauvres.

Pas tant pour la chanson qui, si elle était sortie dans les années 80, aurait été un succès, mais pour le courage de les lier ensemble avec un nœud rouge géant.

Note 7,5 pour Fred De Palma.

Il est la preuve que si vous avez des bases solides, vous pouvez tout faire, du rap au freestyle, en passant par le reggaeton et la danse. C’est un superbe morceau, bien écrit, bien chanté, énergique et le coup de pied droit vers FDP a l’air vraiment bon.

Note 10 pour Mahmood.

Beau et talentueux, avec un look impeccable et une chanson rock. Sans conteste la meilleure chanson du Festival jusqu’à présent. Peut-être qu’il ne gagnera pas, mais il doit monter sur le podium.

Note 8 pour Ghali.

Bravo Ghali. Je pensais presque que l’extraterrestre qu’il accompagnait depuis des jours était le seul attrait de sa présence au Festival, mais au lieu de cela, il m’a fait taire avec une très belle chanson.

Note 5 pour Rose Villain.

Elle est mignonne, pour l’amour de Dieu, la chanson est sympa aussi, mais ça ne m’a pas fait changer d’avis et je continue de penser qu’elle reste meilleure dans les featurings que dans ses propres chansons, surtout si on pense que cette année il y a vraiment du fort des chanteuses en compétition, comme Clara, Angelina Mango et Annalisa.

Note 9 pour Tedua.

Un super invité de la scène flottante ouvre et clôture le Festival et je dois dire que c’était vraiment incroyable.

Note 9 pour Angelina Mango.

J’avoue que je ne connais pas très bien Angelina Mango et je ne comprenais pas pourquoi, avant même le début du Festival, elle figurait parmi les favorites, puis je l’ai vue sur scène et j’ai compris. Cette fille a 22 ans, sa première expérience dans un contexte comme celui-là et elle arrive, bouffe la scène et casse tout. Pour reprendre les mots de Salmo, entrez, écrasez, sortez, au revoir.