Critique : KALI UCHIS – « Orquídeas »

Il était temps pour Kali Uchis de sortir un nouvel album en espagnol. « Orquídeas » est la concrétisation de cette idée qui arrive simultanément à l’annonce de la grossesse, réalisée dans une vidéo avec son partenaire de longue date Don Toliver.

« Orquídeas », le titre de l’album, prend pour l’artiste colombienne un double sens : une valeur liée à son pays d’origine car l’orchidée est la fleur nationale de la Colombie et parce que dans sa symbolique elle représente un charme intemporel, mystérieux, mystique. , suggestif, précisément l’essence de Kali.

Kali est une artiste révolutionnaire à sa manière. En quelques années seulement, elle a réussi à atteindre le sommet de sa popularité.
Née et élevée entre l’Amérique et la Colombie, elle incarne parfaitement un style sonore riche de contemporanéité et de tradition, il suffit d’écouter son tube Te Mata, un boléro classique qui est l’exemple parfait de la capacité à émettre des sons issus du passé actuel et à les remplir de paroles qui racontent la vengeance, l’engouement et la douleur.

« Orquídeas » est le pendant espagnol de son précédent album anglais « Red Moon in Venus », deux albums jumeaux, différents mais réalisés en même temps.
Un peu comme s’il voulait créer un fil conducteur entre les deux éléments pour créer un dialogue stylistique et musical continu.

Kali crée deux visages dans l’album. Le premier est plus urbain, soul, doux, sensuel et presque violet sur le plan chromatique, le second est plus festif, dansant où il met en scène sa vision d’un reggaeton raffiné. Mais des deux côtés, l’élément commun est toujours une forte référence à la tradition et aux sonorités de sa terre d’origine.

Au niveau des paroles, Kali raconte des histoires de femmes, de séduction et d’angoisse, des fantasmes et des rêves dans lesquels les femmes peuvent être aussi mauvaises que tendres.

L’album a été précédé de singles Muñekita», avec El Alfa et JT de City Girls, Te Mata et de Labios Mordidos en collaboration avec mon ami et collègue (également d’origine colombienne) Karol G.

Au final, vous vous retrouvez après avoir écouté une « orchidée » rare aux couleurs intenses et à la saveur surprenante !

CITATIONS

« Je dis que a mí me vale cero/Pero tampoco soy hecha de hielo » (« Je dis que je m’en fiche du tout/Mais je ne suis même pas fait de glace »)

SCORE PISTE PAR PISTE : Note 7,00

1. Comment ça se passe ? – Cote 8,00
2. Me Pongo Loca – Note 7,00
3. Igual Que un Ángel avec Peso Pluma – Note 7,00
4. Pensées intrusives – Note 7,00
5. Diosa – Note 7,50
6. Te Mata – Note 8,00
7. Perdiste – Cote 7,00
8. Jeune riche et amoureux – Note 7,00
9. Tu Corazón es Mío – Note 7,00
10. Muñekita avec El Alfa et JT – Note 6,50
11. Labios Mordidos avec Karol G – Note 6,50
12. No Hay Ley Partie 2 avec Rauw Alejandro – Note 7,00
13. Heladito – Note 7,00
14. Dame Beso/Muévete Note 6,50

LES VOTES DES AUTRES

Le New York Times – Note 9,00
Fourche – Note 8,40
Le Gardien : Note 8,00
Rolling Stone (États-Unis) – Note 8,00
Affrontement – ​​Note 8,00
Nme – Note 8,00

À ÉCOUTER MAINTENANT

Comment est-ce? – Te Mata – Heladito

À SAUTER IMMÉDIATEMENT

Rien… ça marche comme ça, 44 minutes surprenantes et fascinantes

LISTE DES TRACES

LA DISCOGRAPHIE

2018 – Isolement
2020 – Sin miado (de l’amour et autres démons)
2023 – Lune rouge à Vénus
2024 – Orquidées

LES VIDÉOS

WEB ET SOCIAUX