Réflexions de Rebel sur la finale du Festival de Sanremo 2024

Réflexions de Rebel sur la finale du Festival de Sanremo 2024

Finalement Géolier avait hâte de rentrer chez lui…. Sa deuxième place était plus que méritée et il l’a surtout méritée malgré les nombreuses polémiques dont il a été le protagoniste ces derniers jours. À commencer par les nombreux commentaires négatifs qui l’accusaient de chanter en napolitain au Festival de la chanson italienne, comme si Naples n’était pas en Italie. Des commentaires obscènes et racistes qui ont envahi les réseaux sociaux ces derniers jours. Et puis les huées embarrassantes du public de la salle lors de la soirée des reprises, ce même public qui a laissé la salle à moitié vide lorsque Géolier a gagné. Et les questions des journalistes : « Vous ne pensez pas que vous avez volé le prix ? Volé?? Mais comment osent-ils ? Il a gagné parce que le vote télévisé a voté pour lui. Indiquer.

Il y avait une haine et un boycott continus envers Geolier sur différents fronts et il était clair qu’ils ne voulaient pas qu’il remporte le Festival de Sanremo et c’était encore plus clair hier soir. Encore des huées dans la salle lorsqu’il était premier au classement provisoire, puis 60% des voix au vote télévisé, le plus élevé jamais enregistré à Sanremo, contre les 16% d’Angelina Mango, qui a gagné « par magie ».

Je ne veux pas dire qu’il aurait dû gagner, mais je peux dire que l’on savait qu’Angelina Mango gagnerait avant même le début du Festival. Il a été immédiatement poussé et promu de manière incroyable par la presse., avec Rolling Stone Italia en tête, qui lui a même attribué un 11 comme note pour la soirée de reprises. Et cela a été amplement démontré hier soir, lorsque la presse et la radio ont changé le sort du vote télévisé et ont voté en masse pour elle, pour la faire gagner.

Et je me demande comment il est possible qu’un journaliste ait demandé à Geolier s’il avait poussé ses fans à voter pour lui 5 fois, ce qui est tout à fait conforme aux règles du télévote et sacro-sainte, mais personne ne s’est demandé pourquoi la presse avait autant poussé pour laisser Mango gagner. Tout comme l’année dernière, cela s’est produit avec Marco Mengoni et Lazza. Nous savons tous que le véritable vainqueur était Lazza, mais ils voulaient que Mengoni triomphe.

Tout cela me fait penser à une seule chose : l’Italie ne veut pas de rap. L’Italien moyen n’aime pas le rap et les rappeurs, ils sont amenés à Sanremo, car sans eux il n’y aurait pas le grand public jeune dont l’événement a besoin, mais ensuite ils sont mis de côté, parce que le rap n’est pas de la musique, parce que la musique, c’est autre chose. Quand on comprendra que le rap est une musique et qu’il est actuellement le genre le plus écouté en Italie et que les disques de rap sont les plus vendus dans notre pays, il sera trop tard.

Et finalement Lazza a eu raison de ne pas présenter Cento Messaggi au Festival de cette annéede le garder pour lui, d’y aller simplement en tant qu’invité, car de toute façon, cela n’aurait pas été compris.

Je termine en disant que pour une fois je suis aussi d’accord avec Rondodasosa qui a pris le parti de Geolier en écrivant « Geolier a remporté ce Festival. La façon dont ils se sont comportés à son égard est dégoûtante et reflète la façon dont l’Italie essaie toujours d’écraser les jeunes qui veulent réussir et si ces journalistes pensent qu’ils s’y connaissent en musique, alors nous sommes perdus. Cette année aussi tu as fait du cirque. Bien joué».